BELGIQUE: Betafence va sécuriser le Grand Prix d’Inde de Formule 1

Article paru dans L’Écho le samedi 2 juillet 2011 ///

La société belge Betafence, spécialisée dans les clôtures, a décroché un gros contrat la sécurisation du circuit international indien de Buddh, où sera organisé fin octobre le premier Grand Prix d’Inde de Formule 1. Actuellement en construction, ce circuit, d’une longueur de 5,14 kilomètres, pourra accueillir jusqu’à 120.000 spectateurs.

Pour le directeur commercial de Betafence Middle East, Christophe Michee, c’est l’expérience de Betafence en matière de sport automobile qui a permis de remporter ce contrat d’un million d’euros. « Nos clôtures répondent parfaitement aux exigences strictes de la Fédération internationale de l’automobile (FIA) et notre expérience sur des projets similaires nous a permis de décrocher ce contrat », dit-il.

Face à la concurrence locale et internationale Betafence a pu faire valoir sa capacité de production -onze sites répartis sur dix pays.

Active depuis 130 ans dans le domaine de la sécurisation des sites, Betafence, qui a quitté le giron de Bekaert en 2005, possède une usine à Zwevegem. « Ce projet nous permettra d’occuper au maximum notre capacité de production et notre personnel belge » souligne Ingrid Lassuyt, porte-parole de la société.

Grégory Jacquemin pour L’Écho.

Publicités

ALLEMAGNE: Des boîtes à biscuits pour contrer les espions

Article paru dans L’Écho du vendredi 1 juillet 2011 ///

On connaissait MacGyver, le roi du « système D » qui, avec un couteau suisse et un trombone, pouvait désarmer une ogive nucléaire. Cette semaine, le groupe de chimie allemand Evonik vient de rejoindre le panthéon des bricoleurs astucieux. Ce groupe oblige désormais ses dirigeants et cadres supérieurs à mettre leurs téléphones portables dans une boîte à biscuits en fer-blanc quand ils participent à des réunions sur des sujets sensibles, par peur de l’espionnage industriel. Selon le magazine allemand Wirtschaftwoche, qui a révélé l’histoire, les téléphones portables, même éteints, peuvent être activés à distance et capter des conversations sensibles. Alexandra Boy, porte-parole d’Evonik explique: « Les boîtes à biscuits, créent un effet de cage de Faraday, bloquant la sortie des ondes électromagnétiques et empêchant ainsi le piratage des téléphones portables, non seulement pour les appels, mais aussi pour s’emparer des mails ».

Toujours selon le groupe allemand, cette mesure s’applique principalement à des personnes actives en recherche et développement. En 2010, Evonik a déposé plus de 250 brevets et son chiffre d’affaires, s’élevait à 13,3 milliards d’euros.

Pour faire face à la croissance de l’espionnage industriel, le gouvernement allemand a ouvert, à Bonn, un centre consacré à la cybersécurité, qui doit coordonner les efforts des entreprises et des pouvoirs publics en la matière.

 

Grégory Jacquemin pour L’Écho