UE: Bâle III plus strict pour les banques systémiques

Article paru sur le site web de L’Écho le 27 juin 2011 ///

Le Core Tier 1 de ces établissements serait plus élevé et ne pourrait comprendre de « CoCos ».

Dans le cadre des règles de Bâle III, les instances européennes de régulation se sont entendues ce week-end pour proposer que les banques d’importance systémique (SIFIs) soient astreintes à un objectif plus élevé en termes de fonds propres. Le volume de cette tranche supplémentaire (Core Tier 1), évalué entre 1 et 2,5%, ne pourra pas inclure d’obligations contingentes convertibles (CoCos).

« La contrepartie d’un objectif plus bas (que prévu) semble être l’impossibilité d’utiliser des CoCos pour l’atteindre. Il ne faudra compter que sur les fonds propres », a commenté Andrew Lim, analyste chez Espirito Santo.

Aux yeux du Groupe des gouverneurs des banques centrales et des régulateurs (GHOS) en charge de Bâle III, les CoCos sont trop volatiles et pas assez sûres pour être intégrées dans les surcharges de fonds propres qui vont être imposées aux banques.

Un grand nombre de gestionnaires et d’investisseurs bancaires considéraient pourtant les CoCos comme la solution à la question de la recapitalisation. Celle-ci est évaluée à 200 milliards d’euros.

Selon les estimations du Groupe de recherches financières de l’Université catholique de Louvain (KUL), la taille maximale du marché des CoCos pèserait 150 milliards d’euros sur les cinq prochaines années. Pour le groupe de la KUL: « les CoCos pourraient contribuer à créer un système qui ne nécessiterait plus de plans de sauvetage des gouvernements en cas de crise des institutions financières ».

Si la proposition de ne pas intégrer les CoCos est approuvée, cela « devrait déclencher une dernière vague d’augmentations de capital », a commenté Antonio Guglielmi, analyste chez Mediobanca.

Grégory Jacquemin pour L’Écho

Publicités