NEO AU HEYZEL: un master plan et de multiples scénarios

Article paru dans L’Écho du mercredi 24 juin 2011

Jeudi, à deux pas du Parc Royal, s’est tenue la présentation de NEO, le projet urbanistique de redynamisation du plateau du Heyzel, qui attire chaque année plus d’un million et demi de visiteurs.

LE MASTER PLAN

Au terme de huit mois de sélection, c’est le bureau hollandais qui a remporté le marché avec un projet ambitieux -un « master plan »- dans ses cartons. Tout y est: salle de spectacle de 15.000 places, infrastructure commerciale de 60.000 à 70.000 mètres carrés, hôtels, habitations,… Et last but not least, un centre de convention à vocation internationale de 3.500 places, « le point principal pour la Région » selon son ministre-président, Charles Picqué. L’objectif affiché est de faire du plateau du Heyzel « un nouveau quartier durable » incluant « des fonctions à caractère national et international ».

Outre les infrastructures citées plus haut, il est question de désenclaver l’Atomium des nombreuses aires de parking qui le jouxtent pour les transformer en larges espaces verts et terrains de sport. Seul subsisterait le parking C, le reste serait sous-terrain, y compris le nouveau dépôt de trams.

LES MULTIPLES SCENARIOS

Kees Christiaanse, responsable du projet NEO pour KPAC, précise que celui-ci est « urbanistique avant d’être architectural. Nous nous occupons de l’affectation qui se déroulera en plusieurs phases et seolon de multiples scénarios ».

Pour Freddy Thielemans, bourgmestre de la Ville de Bruxelles, cette approche a l’avantage « de permettre un meilleur contrôle du temps ». Les mauvais esprits trouveront que la méthode « par phases » bien utile pour éviter les questions sensibles: l’impact sur la mobilité, le budget, la relocalisation du stade Roi Baudouin et les relations avec les riverains. Kees Christaanse a rappelé que « les scénarios définitifs des modélisations ne sont pas encore choisis, ils dépendront des négociations entre les autorités, les exploitants et les actionnaires ». À l’évocation de « l’autre » centre commercial, Uplace, qui doit s’implanter à Machelen, l’urbaniste a insisté sur les différences entre les deux projets: « À Machelen, c’est un projet assez autiste où le pôle d’attraction est un grand centre commercial à l’américaine. Avec NEO, le centre d’attraction, c’est le plateau du Heyzel ».

Reste encore la question, ouverte, des attractions déjà présentes sur le site comme Mini-Europe et l’Océade. Christiaanse a voulu se montrer rassurant: « leurs fonctions seront réintégrées, mais elles ne persisteront pas telles quelles. Ces attractions vont devoir s’adapter ». À quel prix? Ce point sera évoqué lors de la prochaine phase du projet NEO dont la finalisation est prévue d’ici quinze ou vingt ans.

Grégory Jacquemin pour L’Echo.

Publicités